Vous ĂŞtes ici

22/06/2021 | Filière cactus: la lutte contre la cochenille se poursuit

Message d'erreur

Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inraav/public_html/centrale/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).

De nouvelles variétés résistantes à l’insecte ravageur sont identifiées. Un programme progressif de plantation, portant sur la période 2021-2030, est arrêté.

Le cactus est une plante prĂ©sente au Maroc depuis des siècles. Il y a quelques dĂ©cennies, sa culture Ă©tait considĂ©rĂ©e comme secondaire, servant pour les clĂ´tures des exploitations ou la protection contre le vent. Son fruit, dit Â«figues de barbarie», appelĂ© communĂ©ment Â«Handia», est très apprĂ©ciĂ© pour ses qualitĂ©s nutritives. Les huiles essentielles extraites de cette plante ont une grande valeur thĂ©rapeutique et cosmĂ©tique. Le litre d’huile peut dĂ©passer facilement les 1.000 euros en Europe.

Ce succès a assuré à cette filière une forte expansion, d’autant qu’elle résiste fortement à la sécheresse et est préconisée pour les terrains accidentés dont le sol est peu fertile. Ne nécessitant pas un traitement particulier, elle assure un rendement à l’hectare pouvant atteindre facilement les 20.000 DH, supérieur aux cultures les plus pratiquées, notamment les céréales et les légumineuses. Mais, en 2014, un phénomène va durement impacter la filière : il s’agit de la cochenille de cactus, un insecte qui provoque le dépérissement rapide de la plante.

Le premier foyer est apparu à Sidi Bennour dans la région de Doukkala, avant que d’autres surgissent dans plusieurs régions du Royaume. Certaines exploitations ont été totalement décimées à une vitesse fulgurante. Dans certaines régions fortement dépendantes de cette filière, comme Ait Baâmrane, relevant de la province de Sidi Ifni, ou encore Rhamna, Chichaoua et Youssoufia, les exploitants ont perdu plus de 50% de leurs revenus.

Pour faire face à cet insecte ravageur, le département de l’Agriculture est entré en action pour mener en urgence un programme de lutte. Les actions d’intervention portent notamment sur le traitement chimique, la destruction des plantes infestées et, surtout, le déploiement de variétés résistantes. L’Institut national de recherche agronomique (INRA) a lancé d’intenses activités dans ce domaine, en partenariat avec d’autres organismes relevant du département de tutelle comme l’ONSSA, l’Office national du conseil agricole (ONCA) et les délégations régionales de l’agriculture ainsi que les ORMVA.

Le programme vise le dĂ©veloppement de huit variĂ©tĂ©s rĂ©sistantes Ă  la cochenille inscrites au catalogue officiel. Â«La collection des variĂ©tĂ©s de cactus que l’Institut a regroupĂ©es depuis des annĂ©es, a permis de sĂ©lectionner 8 variĂ©tĂ©s rĂ©sistantes parmi 400. Il faut dire que le programme de R&D nĂ©cessite beaucoup de temps et d’effort pour aboutir aux objectifs escomptĂ©s. Nous avons privilĂ©giĂ© cette solution de lutte biologique au dĂ©triment des produits phytosanitaires, car les figues de barbarie sont des produits de terroir. Les rĂ©sultats obtenus sont très encourageants», indique Fawzi Bekkaoui, directeur de l’INRA.

Sourcefnh.ma (Edition Electronique du 21/06/2021)

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER